Propos :

Author: Pierre
04.01.2001
Tentative d’émancipation quant aux principes collectifs de perception et de valorisation…

La consommation aujourd’hui est bien loin de la nécessité, nous possédons des myriades d’objets aux fonctions plus ou moins futiles. Des gadgets sensés nous faire gagner du temps ou nous “simplifier” la vie. Paradoxalement
nous sommes de plus en plus stressés, nos temps de battements sont constamment saturés d’images publicitaires, de jingles radios..
Nous produisons de plus en plus d’objets qui durent de moins en moins longtemps, leur mauvaise facture laissant transparaître une durée de vie courte même lorsqu’ils sont neufs. Ici on remédiera à un dysfonctionnement
par l’abandon de l’objet plutôt que par sa réparation.
Cassés ou abîmés, beaucoup d’objets perdent leur statut “utile” ou fonctionnel et deviennent des déchets… Je m’intéresse ainsi aux choses
ou objets non-considérés, à ces rebus dont plus personne ne veut… J’essaie de questionner nos systèmes d’appréciations, nos échelles de valeurs quant à l’utile, le nécessaire….
Un R.M.Iste avec une jambe de bois comme une valise sans poignée: la fonction demeure sans le confort…
Ma démarche est empirique, un mélange de technique et de médiums plus ou moins existant que je combine sans restrictions techniques afin de composer autant avec des formes plastiques en mouvement qu’avec du
son ou de la lumière.
Parfois un son habite l’espace d’une façon plus présente que ne le ferait un volume…. et les ombres projetées des objets peuvent être aussi efficacesque le dessin traditionnel pour composer des espaces graphiques …
Je mets en place des processus destinés à m’échapper, faisant intervenir dans mes créations d’autres facteurs que mes seules préférences esthétiques, comme des lois de physique ou de mécanique, ou des aspects sonores ou fonctionnels.
Développer un “jeu”, devenir un virtuose du rebond de scie à métaux musical…. On peut tout travailler, tout développer, il n’y a qu’une question d’investissement, de volonté et l’on abat le chêne avec la lime à ongles…
Des conversions, des exercices de substitutions…
Je sais maintenant comment figurer l’arrivée d’une galère romaine avec une brosse à dents et un ressort.
Par ailleurs:
Un kebab-frites équivaut à 200 mini pinces à linge cocktail, équivaut à 7 minutes à ramasser
des champignons au mois d’octobre, équivaut à 266 mètres de fil de nylon pouvant supportter 30 kilos, équivaut à 5 litres de nectar multi-vitaminé premier prix.


Comments are closed.